26 août 2010

Calvin Harris Remixes Kelis


Après Kelis remixée par BetaTraxx, Kelis remixée par Calvin Harris ! Le producteur le plus eighties des années 2000, qui a pondu deux albums - un premier disco-pop, un second électro-house - balance un son lourd et franchement électro, où l'on peut toutefois toujours discerner sa petite patte disco :


Kelis - 4th Of July (Calvin Harris Remix)

Myspace
Site Officiel

Ou Est Le Swimming Pool ?

Charles Haddon, chanteur et leader du groupe britannique Ou Est Le Swimming Pool, s’est tué le 20 août dernier, pendant le festival Pukkelpop, alors qu'il venait de donner un concert.


Où Est Le Swimming Pool se forme en 2009, à Camden, en Grande-Bretagne. Composé de Charles Haddon, Joe Hutchinson et Caan Capan, la formation électro/pop avait partagé les différentes scènes de la chanteuse La Roux pendant sa tournée anglaise, et plus récemment celles de Example. Ils s'étaient par ailleurs récemment produit au festival de Glastonbury. Les singles "Dance The Way I Feel" et "Jackson's Last Stand", annonçaient la parution du premier album du groupe, "Christ Died For Our Synths", prévu pour le 22 octobre prochain.

Paprika

En hommage à Satoshi Kon, décédé ce lundi 23 août, et dont j'ai pu récemment voir "Paprika" - quelques musiques, toutes plus sublimes les unes que les autres, composées par Hirasawa Susumu, issues de la bande-originale de ce grand dessin animé. Et parce que plus jamais nous n'aurons droit à une collaboration entre ces deux artistes :



Shizuku Ippai no Kioku



Nigeru Mono



Lounge



Parade (Instrumental)



Parade

25 août 2010

fun., J. Cole, King Charles, Lemâitre & The Hundred In The Hands

Un son qui date de 2009 en priorité, très pop : "fun.". Ce groupe est le deuxième projet du chanteur de "The Format", dont on peut reconnaître la voix aiguë caractéristique, mais plus mature à présent. L'album qui en découle est très agréable à l'écoute, à la fois simple dans le son et sophistiqué dans la production :


Le deuxième son nous vient de Lemâitre, groupe dont il est très difficile d'obtenir des informations hormis via leur Soundcloud, qui nous apprend qu'il est composé de deux producteurs, Ulrik et Ketil, basé à Oslo en Norvège :


Lemâitre - The Friendly Sound (320 Kbps)


Faisant de plus en plus de bruit sur la scène Hip-Hop/Alternative actuelle, J. Cole fut le premier rappeur à signer sur le label de Jay-Z, Roc Nation, fondé en 2009. Ayant tout d'abord sorti deux mixtapes, The Come Up en 2007, puis The Warm Up en 2009, il sort son premier album "Cole World" le 26 octobre 2010 :


Révélé grâce à leur single "Dressed In Dresden"(Youtube), The Hundred In The Hands a pourtant donner jour à une chanson plus éthérée, shoegaze, tout en gardant une part de rock, chanson au clip aussi absorbant que perturbant :

video


King Charles, pour conclure royalement, avec "Love Lust", issue du maxi "Love Lust/Mr. Flick" (qui possède deux side A). Un rythme entraînant, une voix chaude, un personnage original, bref, que des qualités : 

Introducing : Beatbot & BetaTraxx


Absolument inconnu de la blogosphère avant d'atteindre la première place des charts sur  Hype Machine avec un remix de Daft Punk "Harder, Better, Faster, Stronger", le producteur/dj basé à Brighton (UK) se définit comme "un enfant jouant avec des claviers". Son association de sons franchement électro/clash et de sons classiques, sur les quelques morceaux disponibles sur son Soundcloud donnent de très bons titres. Pour la production, Beatbot utilise les instruments d'Ableton, divers VST, ainsi qu'un microKorg.











Tim Nelson au contraire, plus connu sous le nom de BetaTraxx (anciennement Redlight) fait parler de lui depuis un petit moment. Signé sur le label Gotta Dance Dirty, il a sorti un EP, "Foxtrot", disponible sur beatport. Tous ses autres remixes sont disponibles sur Soundcloud.



19 août 2010

Leaves Of Grass

C'est extrêmement dur de débuter un blog, ne sachant pas par où commencer. Les blogs musicaux sont nombreux, les bons sont rares, ceux d'origine française le sont encore plus.




J'ai développé une passion pour la musique depuis, disons, l'été dernier, menant à une écoute éclectique  et très ouverte d'artistes, d'albums, d'EPs, d'originaux, de remix et de mash-up. J'ai tendance à vouloir tout écouter. Si un son accroche à mon oreille, je chercherais immédiatement à écouter tous les autres titres de l'artiste, pour la possibilité de découvrir d'autres perles tout d'abord, et pour étoffer ma culture musicale également.
Je me suis souvent posé la question, lorsque je n'écoutais pas encore tant de musique, comment l'on pouvait aujourd'hui encore produire sans se répéter. Je pense particulièrement aux paroles, tout simplement parce qu'on a tout écrit. Puis finalement, plus l'on écoute de musiques, plus l'on se rend compte que tout peut-être dit et fait différemment, chaque artiste ayant sa voix, son parlé/chanté qui lui est propre, son style d'écriture, et bien sûr, son style musical. Il faut aussi noter que des styles se créent encore aujourd'hui, dont certains n'ont d'ailleurs même pas besoin de paroles (on pense à l'instrumental, au post-rock, ainsi qu'au grand groupe des musiques électroniques) à côté de quoi naissent encore de nouveaux instruments, et le son, aujourd'hui plus que jamais, peut être moduler à l'envie, rendant cet art inépuisable, extrêmement renouvelable, et par là même terriblement intéressant.
Mon aventure musicale commença par la pop française, la "variété" (Claude François, Jean-Jacques Goldman, Fréderiks-Goldman-Jones, Céline Dion, Dalida, Michel Sardou, Pierre Bachelet), et par une écoute passive mais néanmoins répétitive, et donc forcément menticide. Une fois les CD familiaux évacués, et son libre arbitre trouvé, ma culture musicale se forgea dans le rock, le punk rock, le nu metal, le métal industriel et le heavy metal, ainsi que la power pop (Sum 41, Avril Lavigne, Yellowcard, Rammstein, Linkin Park, System Of A Down -- puis plus tard Green Day, Blink-182, Simple Plan). Étrangement, au milieu de tout ce bruit ambiant, je fais l'acquisition de l'Ecole Du Micro D'Argent, un album d'IAM. La culture rap m'échappe alors complètement, et mis à part Eminem et Sniper, matraqué sur les ondes, j'ignore tout du genre.
Cette période prend fin avec le lycée.
Tout ceci me mena à une très longue période de calme (2 années tout de même), où la pop et le pop rock brillèrent en mon esprit comme le Graal de la musique; une période faste et nourrie de chanteuses à la voix fragile : Liz Phair, Michelle Branch, Katy Rose, Tegan And Sara, t.A.T.u., Anna Nalick, Micky Green -- à peine une écoute de Charlotte Gainsbourg (5:55). Certains groupes trop connus y passent également (j'écoute les bandes-originales de séries américaines : Grey's Anatomy, One Tree Hill, Dawson's Creek) tels que Rémy Zero, Nada Surf, voire Superbus, très superficiellement toutefois.
J'acquis une culture générale très classique finalement, très "radio", mainstream, mais je saurais reconnaître une voix de chanteuse parmi des centaines.
Puis l'écoute se fait plus fine, j'achète The Reminder de Feist, très pop, puis ses autres albums. Premiers concerts, dont Feist, juste après The Servant. 
Yellowcard sort Lights And Sounds, un bijou de rock alternatif, album phare de mon éducation musicale, regroupant tous les genres sus-cités.
Le folk prend alors une place proéminente dans mon écoute quotidienne; j'aimais déjà beaucoup et recherchais avec ferveur les versions que je savais existantes en acoustique de mes chansons, le folk n'est que le genre qui en découle. Rien de précis ne me vient à l'esprit.
Je découvre Au Revoir Simone, Caribou ainsi que Sol Seppy, et je développe une attirance particulière pour la synth pop et la dream pop, les rythmes doux, crées à partir d'instruments aussi simple qu'un piano pour enfant ou un xylophone.
Dans le même temps, j'assiste à un festival où se réunissent, entre autres, Justice et Birdy Nam Nam, et comprend la nécessité de vivre des concerts.
Cette période prend fin avec l'université.
La fac me permet d'habiter dans une plus grande ville et d'assister toute l'année à de nombreux concerts, 28 en tout. Je me rends aussi bien à ceux d'artistes que je connais que ceux qui me sont inconnus. C'est toujours différent et je développe presque une addiction pour les lives.
A la fin de cette année riche en musique, les vacances sont un moyen de s'intéresser plus largement, plus exclusivement à la musique. The Hype Machine devient un rendez-vous quotidien pour connaître ce qui fait le buzz. Sont répertoriés les sons les plus blogués, et les sons les plus publiés sur le réseau Twitter. Très naturellement, j'écoute plus de musique électronique, le site disposant chaque jour de grandes quantités de remix.
C'était il y a un an. J'ai depuis lors étoffé ma liste de sites incontournables, ainsi que ma bibliothèque, et donc, plus généralement, ma culture musicale.
J'écoute -moyenne last.fm- 47 titres par jour, souvent plus, découvrant nombre de titres intéressant quotidiennement (ou presque).
Puisque les blogs musicaux français et éclectique sont trop rares, et puisque la vie est trop courte pour les mélomanes comme moi pour tout écouter, je lance ce blog, pour en faire un millésime de la production musicale actuelle, pour satisfaire vos oreilles, et pour vous aider à vous forger un goût ainsi que vous donner l'envie de vous plonger dans la musique.

YYF.